Vous êtes ici

Drame rwandais. L'autre face du génocide [version numérique]

ISBN: 
978-2-9601114-1-5
Date de publication: 
06-2012
Format: 
16x24
Volume: 
520 pages

 

De nombreux témoignages crédibles dont les plus récents émanent des anciens membres du FPR très proches du président Kagame et une documentation abondante constituée par divers experts internationaux parmi lesquels se trouvent ceux qui ont travaillé au TPIR font état de la gravité et de l'ampleur des crimes de guerre commis par le FPR et de la responsabilité de ceux qui l'ont aidé et encouragé dans son entreprise criminelle.

Le Tribunal Pénal International pour le Rwanda, chargé de juger les suspects des deux parties au conflit, a déçu l'espoir que la majorité des Rwandais avaient placé en lui comme juridiction internationale et donc neutre. En garantissant l'impunité des criminels de la partie qui a gagné la guerre, il a failli à sa mission de rendre justice, de lutter contre l'impunité et de contribuer ainsi à la réconciliation du peuple rwandais.

Par ailleurs, la volonté manifeste de porter de fausses accusations contre tout opposant au régime du FPR et les jugements prononcés sans preuves matérielles, montrent que le tribunal d'Arusha a pris faits et causes pour le vainqueur.

Les accusés d'Arusha ont dénoncé, sans succès, l'injustice du TPIR, son parti pris pour le FPR, la fausseté de la version du drame propagée par le régime de Kigali et la connivence du procureur du tribunal et des autorités rwandaises en adressant une riche correspondance aux juges et aux décideurs de ce monde. Personne ne pourra prétendre qu'il n'en savait rien lorsque l'histoire leur donnera raison d'autant plus que, malgré leur déception, ils ne sont pas prêts à abandonner le combat.

Aussi, dans ce second livre sur le drame rwandais, Edouard Karemera ramène dans le débat les principaux aspects de la tragédie rwandaise délibérément et systématiquement occultés par les instances rwandaises et internationales.

Edouard Karemera est titulaire d'une licence en droit de l'Université Catholique de Louvain en Belgique. A la fin de ses études en 1976, il retourne au Rwanda et commence sa carrière comme fonctionnaire dès janvier 1977. En mai 1978, il est nommé secrétaire général du ministère de la Fonction publique et de l'Emploi, et, en janvier 1979, conseiller juridique à la présidence de la République. Il entre au gouvernement le 29 mars 1981. Il sera, tour à tour, ministre de la Fonction publique et de l'Emploi, ministre à la présidence de la République chargé des Affaires politiques, administratives et institutionnelles et ministre chargé des Relations institutionnelles. Du 25 mai au 17 juillet 1994, il a exercé les fonctions de ministre de l'Intérieur dans le gouvernement intérimaire. Depuis 1998, il se bat contre le procureur du TPIR qui l'a chargé de fausses accusations.

Prix12,00 €